La thèse du Docteur Etienne Barbiche décrit les principes de la cryothérapie corps entier (CEE). Barbiche est spécialisé dans la médecine et la biologie du sport.

Origine de la cryothérapie corps entier


Ainsi, la CEE remonte à plusieurs siècles avant JC, aux années d’Hippocrate.
Le froid était un outil utilisé pour ses
vertus antalgiques, anti-inflammatoires et anti-hémorragiques pour calmer les douleurs liées au corps comme les rhumatismes, les contusions ou les tendomyopathies. Les bienfaits sont vérifiés et validés.

Mais c’est seulement en 1978, au Japon que le docteur Yamauchi a introduit la notion de machine par le froid. Le principe est de créer un air sec et froid.
Cette idée est largement améliorée en 1985 en Allemagne par le docteur Rheinard Fricke, où la
machine à corps entier fonctionne dorénavant sans azote liquide.

Aujourd’hui, le processus est adopté par de nombreux pays européens.

effets immersion eau

Protocole de la CCE


Son principe est simple et la chambre froide ressemble à un sauna. Le patient est au préalable averti des précautions techniques et corporelles liées aux activités sportives, à la consommation d’alcool ou aux éléments métalliques.

De plus, il est muni obligatoirement de gants, de chaussettes, d’un masque de chirurgien, d’un maillot de bain, d’un bonnet et de protège oreilles pour éviter tout risque de brûlure.
Il s’introduit alors dans deux sas d’acclimatation. Le premier à -10°C et l’autre à -60°C, avant d’entrer dans la chambre principale à 110°C. Le long de la séance de 2 à 4 minutes, une caméra de surveillance, un contrôle de température et une personne sont en charge de surveiller son bon déroulement.