La Cryothérapie Corps Entier

La Cryothérapie Corps Entier

La Cryothérapie du Corps Entier à -110 °C permet d’améliorer la récupération du sportif après un entraînement intensif, selon l’Institut national du sport de l’expertise et de la performance (Insep), qui s’apprête à publier des résultats favorables sur cette technique.

La Cryothérapie  Corps Entier  consiste à provoquer un choc thermique dans une chambre froide en soumettant le corps à une température de -110 °C pendant trois minutes en moyenne, après être passé dans des sas à -60 °C puis -110 °C. Le froid induit un effet analgésique en ralentissant la conduction nerveuse et anti-inflammatoire et en abaissant la température tissulaire.

Couramment employée en Allemagne et dans les pays de l’Est depuis plusieurs années, cette technique commence depuis peu à intéresser le milieu sportif en France, qui y voit un moyen d’améliorer la récupération après un effort physique et ainsi assurer de meilleures performances. En Allemagne, la méthode est utilisée également pour soulager les traumatismes liés à l’entraînement.

La Cryothérapie Corps Entier y est réalisée sous contrôle médical, après avoir vérifié que les patients ne présentent aucune contre-indication. Le protocole actuellement proposé consiste en une séance quotidienne pendant cinq jours et deux séances quotidiennes lors de la 2ème semaine.

Pendant la séance, le sportif, torse nu et en short ou maillot, est tout d’abord invité à se protéger les extrémités du corps par des gants et des chaussons et à se couvrir la bouche d’un masque, afin que l’air puisse se réchauffer avant de pénétrer dans les poumons. Il passe ensuite entre 2 et 4 minutes dans une chambre à -110 °C, après avoir traversé successivement, deux salles à -10 °C et -60 °C.

Dans cette chambre froide, « le sportif marche tranquillement et reste en contact, visuel et sonore, permanent avec un opérateur », précise l’Insep sur son site Internet. « La séance doit toujours rester confortable et ne pas être douloureuse. C’est le patient qui détermine l’arrêt de la séance avant de ressortir à la température ambiante par le même chemin ».

« Le résultat est assez impressionnant », a souligné auprès de l’APM Jean-Robert Filliard, adjoint au chef du département médical de l’Insep, qui s’est chargé de mettre en place le protocole. « Les sportifs récupèrent beaucoup plus rapidement comparativement à une immersion dans l’eau », ajoute-t-il.
Selon Elisa Pasquet, qui a effectué une analyse de la littérature sur cette technique, dans le cadre de son diplôme de kinésithérapeute, dont les résultats ont été présentés lors du dernier congrès de la Société française de médecine du sport (SFMS) début octobre, les études rapportent « toujours des effets positifs chez le sportif ».

« La puissance musculaire serait également augmentée », sans que la technique ne soit pour autant considérée comme dopante, a-t-elle indiqué à l’APM. Une séance de cryothérapie peut ainsi être envisagée avant l’effort physique. Cette méthode, dite de « pre-cooling« , pourrait faire l’objet d’une expérimentation, a annoncé Jean-Robert Filliard.

2017-11-08T13:45:50+00:00